Évolution au cours des siècles

Bandeau - Traict 2.jpg


Le Traict est un site qui a évolué au cours des siècles. Ce golfe maritime était plus profond autrefois et permettait aux navires marchands de charger du sel jusqu’au pied du coteau de Guérande. L’ensablement progressif au cours du Moyen-âge impose aux bateaux de commerce de s’arrêter au Croisic, ce qui contribue à l’important développement économique du port jusqu’au milieu du XVIIe siècle.

Peu à peu ensablé, le Traict joue un rôle fondamental pour les communications terrestres entre Le Croisic et Guérande. Un chemin carrossable, à l’exemple du Gois de Noirmoutier, est aménagé sur le Traict et sert jusqu’au milieu du XIXe siècle de voie de communication vers l’arrière-pays, avant la création de la route actuelle venant de Batz-sur-Mer. Une croix-refuge marque toujours, encore aujourd’hui l’emplacement de ce chemin qui a quasiment disparu.

À la fin du XIXe siècle, l’élevage des huîtres se professionnalise. C’est un ostréiculteur d’Arcachon, M. Demage, qui implante sa technique au Croisic, site très bien situé et naturellement riche en plancton. Ainsi, les concessions se multiplient et peu à peu les activités se diversifient (moules à plat, palourdes…). En 1970, la culture des huîtres et des moules devient moins rentable, et les parcs sont alors convertis à l’élevage des coques.

La proximité de l’estuaire de la Vilaine, gisement naturel de coques, et le sédiment du Traict du Croisic, sont autant de facteurs favorables à la culture de ce coquillage. L’élevage de la palourde se développe à la fin des années 1980.


En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.