Le Croisic, ville propre

Bandeau - Propreté 2.jpg


La ville met en place d’importants moyens, notamment en saison estivale, mais pour relever le défi de la propreté urbaine, une prise de conscience collective est plus que jamais nécessaire. On ne le dit jamais assez, la propreté de la ville est l’affaire de tous. Chacun d’entre nous doit respecter son environnement en faisant preuve de civisme.
 
Septembre à juin

  • Passage des balayeuses du lundi au vendredi dans le cœur de ville.
  • Autres quartiers : 1 à 2 fois par semaine suivant l’état.
  • Finition par les agents communaux sur les espaces où les machines ne peuvent accéder.
  • Répurgation des 130 poubelles publiques les lundis et vendredis avec intervention ponctuelle en cas de nécessité.

 
Juillet et août

  • Passage des balayeuses tous les jours dans le cœur de ville.
  • Répurgation des 130 poubelles publiques et des 10 poubelles de plages 7 jours par semaine.
  • Entretien des parcs et jardins, tous les jours
Le service voirie-propreté intervient aussi après chaque marché, événement sportif ou festif.

 
Qui doit assurer l’entretien des trottoirs et accotements ?
Les habitants s’interrogent souvent sur la question de l’entretien du trottoir ou de l’accotement au droit de leur propriété.
Au Croisic, le règlement de voirie en vigueur impose « le balayage et le lavage des abords des immeubles jusqu’au caniveau et dans les voies piétonnières jusqu’à l’axe de la rue, sur toute la longueur de la façade, que l’immeuble soit ou non bâti. Il est interdit de pousser les balayures dans le caniveau jusqu’aux bouches d’égouts voisines. Les abords doivent être praticables également en cas de neige ou de verglas ».
Rien n’impose donc aux riverains, à ce jour, de désherber trottoirs et accotements. Cette tâche est assurée par les services municipaux. Toutefois, compte tenu des méthodes écologiques actuelles de désherbage, des passages plus réguliers sont nécessaires et la Commune n’est pas toujours en mesure d’assurer un désherbage optimal de l’ensemble de la partie urbaine du territoire communal. Les riverains sont donc invités, dans la mesure du possible et comme le font déjà nombre d’entre-eux, à effectuer le désherbage devant leur propriété, ce qui contribuera à maintenir une bonne image de la commune.
 
Rappel de quelques règles générales
Afin de préserver la sécurité et la commodité de passage des usagers, les trottoirs des voies ouvertes à la circulation publique doivent être entretenus.
Les obligations des habitants en matière d’entretien du trottoir peuvent être très variables d’une ville à une autre.
Arrêtés et règlements municipaux de voirie et/ou sanitaires de la ville peuvent obliger les riverains à entretenir et nettoyer leur trottoir, avec des modalités précises et détaillées.
Il peut être ainsi prévu que doivent être réalisés - à la charge des habitants, propriétaires occupants, locataires ou usufruitiers, et devant leur habitation : le désherbage, le balayage des feuilles mortes et autres détritus ou encore en hiver le balayage et/ou grattage de la neige et du verglas, avec dépôt de sel, sable, cendres ou encore sciure de bois.
Les obligations peuvent s’étendre jusqu’au caniveau. Ce type d’obligations concernent les immeubles bâtis et également non bâtis. Le non respect des obligations et l’infraction aux règlements municipaux peuvent être sanctionnés par voie administrative et judiciaire sur décision du Maire.
Enfin, si un accident survient sur un trottoir et que la victime estime que cet accident s’est produit suite à un manquement aux obligations d’entretien du trottoir, elle peut engager des poursuites à l’encontre des riverains concernés. Il appartiendra au juge saisi d’apprécier si les précautions nécessaires avaient été prises et s’il y a eu oui ou non négligence d’entretien (En vertu des articles 1382 « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer. » et 1383 « Chacun est responsable du dommage qu’il a causé non seulement par son fait, mais encore par sa négligence ou par son imprudence. » du Code civil).


En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.